fév 01
  • Savez-vous qu’il existe une église ou le prêtre tiens un dépanneur et organise des matches de catch au sous-sol de l’église ?
  • Connaissez vous les go-go danseurs du Club 281 ?
  • Le métro de Montréal n’est pas chauffé, le saviez-vous ?
  • Savez vous qu’on retrouve des machines à panini et des dentiers dans la station de métro Berri-Uqam ?
  • Avez vous déjà compté les arbres du Parc Mont-Royal ? Et le nombre d’ampoules sur la croix qui surplombe la ville ?

Si vous avez 30 minutes à perdre, elles ne seront pas perdues sur mtl12.com. Le site à reçu un paquet de récompenses, dont le FWA “Site of the day”, et il ne l’ont pas volé.

Montréal en 12 lieux est une série documentaire (re)diffusée sur TV5 les mardis et samedis, qui vous fait découvrir la ville de Montréal… en douze lieux. Cette série est proposée par la magazine montréalais Urbania et développée par le bouillonnant studio Toxa.

Les documentaires sont des vrais petits bijoux de réalisation, d’humour, et de surprises. Le projet explore un Montréal inusité, fait de sites méconnus ou peu fréquentés et de rencontres d’anonymes qui font l’âme de la ville.

Voici la bande annonce de la série :

La série documentaire est magnifiquement prolongée sur le net sur mtl12.com, un vrai site interactif riche de photos, vidéos et entretiens. Tout est en flash, c’est assez lourd et c’est sûr, ça ramera sur les vieilles bécanes, mais on ne peut pas tout avoir.

Que vous connaissiez la ville où non, vous serez forcément surpris par cette immersion dans le Montréal insolite !

juil 23

C’est l’été, et même si le temps est pourri un peu partout, c’est en général une période propice aux photos. Et si vous êtes chez tata Ginette, comment vous faites pour enlever les yeux rouges de la photo de Kiki ? C’est là que Fauxto entre en jeu. Il s’agit en fait d’un éditeur de photos en ligne, qui exploite au maximum la technologie Flash, et qui au final en fait un outil assez bluffant. Son utilisation est gratuite (vous pouvez le tester grâce à BugMeNot aussi), donc pas de raison de s’en priver.

Les aficionados reconnaîtront les points communs avec Photoshop : gestion de calques, formats en tous genres (jpeg, gif, bmp, tiff et png), et une flopée d’outils (sélection, pinceau, pipette, texte, doigt…) et de filtres. J’ai d’ailleurs fait une capture de Photoshop et Fauxto pour montrer à quel point les deux outils se ressemblent.

Essayer Fauxto

Le plus gros défaut à mon avis, c’est la non prise en charge des raccourcis clavier, ce qui est un peu frustrant au début. Mais bon, qu’est ce que je ferai pas pour tata Ginette !

Fermer