Bye-bye W. ! Cassoulet forever : le mystère résolu !
nov 05

Réveil difficile, mais quelle soirée ! Finalement, après deux ans de campagne et un milliard de dollars plus tard, les américains ont voté pour le changement ! En tant que Montréalais, Québécois et Canadien d’adoption, on se sent forcément pas mal concerné. Et pour cause, dans ce climat économique morose et plus qu’incertain pour les cinq prochaines années, le Canada est en première ligne. 80% des exportations du Canada va aux États-Unis. Alors pour faire simple quand les Américains n’achètent plus (ou plutôt Étatsuniens, après tout je suis aussi en Amérique !), le Canada tire la gueule.

C’est donc tout naturellement et avec passion que nous avons suivi minute par minute les résultats d’hier, une pointe de pizza dans une main, une Corona dans l’autre (d’où le réveil difficile), branchés sur ABC News. Et en fin de soirée, grand moment d’émotion :

Sans déconner c’était assez incroyable : même les journalistes d’ABC avaient les larmes aux yeux et commençaient à parler de leurs parents qui avaient attendu ça toute leur vie ! On entend même quelqu’un applaudir dans les studios au début de la vidéo. Adieu l’impartialité journalistique, l’émotion est trop forte ! On ne le voit pas sur la vidéo mais il devait y avoir pas mal de français sur Times Square, on a vu des banderoles “Coucou Maman” et “Cassoulet” (?) toute la soirée.

Le premier black à la présidence des États-Unis, c’est un moment historique, c’est certain. Alors ce matin en me réveillant je me suis dit que j’allai acheter le journal. Je n’aime pas trop la presse écrite parce que ça prend de la place et que ça tache les mains, mais j’avais envie d’avoir le New-York Times pour garder une trace de ce jour historique.

Pas facile pourtant…

J’arrive à la Maison de la Presse Internationale en plein centre ville, et je trouve une affiche “Pas de presse américaine avant 11:00″. Je rentre quand même et j’attends un peu. Les buralistes discutent du fait de prendre ou non des réservations. Pour le journal ?! En attendant, j’achète Wired (excellente revue pour nous les geeks, soit dit en passant) et je m’installe en face. Dix minutes plus tard ils enlèvent l’affiche. Je rentre, il ne reste déjà qu’une dizaine d’exemplaires du New-York Times : les employés en ont déjà  pris plusieurs exemplaires chacun !

De retour à la maison j’achète un muffin banane-chocolat au dépanneur du coin, mon journal sous le bras. Eux non plus n’ont plus d’exemplaire du journal, et très peu d’autres journaux américains. En arrivant je regarde par curiosité sur eBay (très bon indicateur) et des exemplaires sont déjà en vente à 20$, soit 1300% du prix de vente ! Moi je vous le dit, mieux investir dans le journal que dans la bourse. Ou dans Obama.

C’est sans doute le signe que quelque chose se passe…

“Barack Hussein Obama was elected the 44th president of United States on Tuesday, sweeping away the last racial barrier in American politics with ease as the country chose him as first black chief executive”

Adam Nagourney, New-York Times, 5 Nov. 2008

Et vous, ça vous fait quoi ?

6 réponses à “Obama Président, et le New-York Times du 5 novembre 2008 devient un objet de collection”

  1. Olivier de Montréal à dit :

    “Et vous, ça vous fait quoi ?

    Ben je suis content, bien entendu. D’abord que ce soit la fin de l’ère Bush, et puis que le pouvoir repasse aux démocrates. C’est clair que l’élection du premier président noir aux États-Unis est un grand symbole, qui rachète une certaine façon le passé esclavagiste.

    Maintenant, je reste prudent. Quand je lis des envolées lyriques sur des blogues (président du monde, etc…), je me rappelle aussi que c’est le président des États-Unis, qu’il va avant tout défendre les “intérêts américains” (tournure souvent employée), et puis qu’Obama va faire face à une situation très très difficile dès son arrivée: deux guerres en cours, une crise économique, boursière et financière dramatique, des entreprises et un tissu social fragilisés, une image désastreuse (Guantanamo, Abu Ghraib, etc…) Bref, il risque de décevoir très vite car il ne pourra pas tout faire en même temps. Surtout avec un déficit budgétaire record et une dette astronomique (plus de 10 000 milliards de dollars).

    Je lui souhaite bonne chance. Surtout que Montréal n’est qu’à 70 km de la frontière et que si les États-Unis s’enrhument, le Canada éternue.

  2. Pia à dit :

    Même si on fait le compte des votes et non pas des sièges même si comme dans beaucoup de pays dits démocratiques on reste prés des 50/50, démocrate, jeune il est élu nettement en dépit de sa couleur, les “étatsuniens” peuvent être fiers même si beaucoup d’entre eux ont bouffé du frenchy quand notre Chichi s’était opposé à la guerre en Irak. N’attendons pas de miracle, l’Etat bon à tout faire n’est même pas souhaitable, mais un rêve est partagé, une orientation est proposée et pour nous de la lointaine Europe, si au moins ça nous pousse dans ce même élan, et nous invite à cesser notre “chacun pour soi” alors ne boudons pas notre bonheur,

  3. Paul à dit :

    Pour ce qui est du “cassoulet” et du “coucou maman”, regardez le petit journal de canal ça vous apportera pas mal de reponses je crois!

  4. Mew à dit :

    http://www.canalplus.fr/c-humour/pid2397-c-le-petit-journal.html
    (pour le cassoulet)

  5. ketchup à dit :

    j’en ai encore les larmes aux yeux aussi!

  6. Devenir trader à dit :

    J’espere que vous en avez d autre de ce niveau sous le coude !


Laisser une réponse

Fermer